annonce-moto-a-vendre

Vendre une moto ou un scooter peut parfois s’avérer être un véritable chemin de croix : que choisir entre un professionnel ou un site de petites annonces ? Quels sont les documents légaux à fournir à l’acheteur ? En règle générale, quelles sont les précautions à prendre et les formalités à respecter ?
Nous allons essayer de vous donner 10 conseils simples à appliquer et à mettre en œuvre pour que la vente de votre machine soit la plus fructueuse possible !


Conseil n°1 : Ne surestimez pas le prix de votre engin


Vendre sa moto ou son scooter constitue souvent un véritable crève-cœur. Il arrive que certaines personnes, par amour pour leur machine, surestiment légèrement la valeur de leur bien.

Même si vous y êtes très attaché, n’oubliez pas que vous devez avant tout être bien positionné sur le marché de l’offre et de la demande et qu’il y a des règles à respecter si vous voulez voir partir votre véhicule un jour.

Si vous voulez une estimation de son prix, regardez sa côte sur La Centrale ou l’Officiel du Cycle ou faites une recherche pour trouver des modèles similaires déjà en vente. Cela vous permettra d’avoir une première estimation du vrai prix de votre deux-roues.


Conseil N°2 : Mettez en valeur votre deux-roues


Peu importe à qui vous allez vendre votre deux-roues, il tendra à vous l’acheter à un meilleur prix s’il donne l’impression de sortir de chez le concessionnaire ou en tout cas, d’avoir été bien entretenu.

Munissez-vous d’un peu d’huile de coude et de patience, et nettoyez en profondeur votre machine. Passez là au lavage, mettez un petit coup de polish pour faire lustrer le tout, ça pourra faire la différence ! L’œil de l’acheteur sera tout de suite plus flatté s’il a l’impression que votre moto est quasiment neuve et sortie d’usine.

Idéal pour démarquer votre annonce des autres et optimiser vos chances de vente.


Conseil N°3 : Effectuez les réparations nécessaires


Même si cela demande un petit investissement, il est bon de changer les pièces trop usées ou en fin de vie sur votre machine avant de la vendre. Cela vous permettra d’augmenter substantiellement le prix de vente et de laisser très peu de marge de négociation à l’acheteur. Souvent, c’est un calcul rentable qui vous permet de faire d’une pierre deux coups : vendre votre engin à un meilleur prix, rassurer l’acheteur potentiel et en même temps lui éviter de possibles ennuis (surtout si il n’est pas bricoleur).

N’oubliez pas que l’acheteur dispose d’un délai de rétractation légal de 7 jours, et qu’il peut même intenter une procédure judiciaire contre vous si il se sent trompé ou que vous lui avez vendu une machine non conforme à l’annonce.


Conseil N°4 : Prenez le temps de bien rédiger votre annonce


Mettez-vous à la place d’un acheteur potentiel : vous farfouillez les sites de petites annonces à la recherche de la perle rare. Vous en trouvez quelques-unes qui réunissent tous les critères et susceptibles de vous intéresser… Sur les 5 annonces sélectionnées, il y en a une qui se démarque négativement par une rédaction peu soignée et des photos pas très flatteuses. Vous pouvez être sûr que l’acheteur ne contactera pas ce vendeur.

Beaucoup d’acheteurs prêtent une grande attention au contenu de l’annonce : plus vous mettez de détails et fournissez des renseignements à l’acheteur potentiel (marque et modèles exacts, kilométrage, année du modèle, équipements et options, utilisation que vous en avez faite, première ou deuxième main, factures d’entretien et dernières révisions…), plus l’acheteur se sentira en confiance car ayant tous les éléments en sa possession. Plus votre annonce est claire, explicite et détaillée, mieux c’est.

Pensez également à faire attention aux fautes d’orthographes : relisez-vous plusieurs fois si nécessaire (une annonce remplie de fautes pourrait laisser penser à un certain amateurisme, voir même un je m’en foutisme de la part du vendeur).

Enfin, la cerise sur le gâteau : faites de belles photos. La photo est la première chose que l’internaute verra en parcourant les annonces. Allez dans un endroit mettant votre machine bien en valeur, avec un éclairage et un fond optimal, choisissez un angle flatteur et prenez au moins une dizaine de clichés. Postez-en plusieurs sur l’annonce, pour permettre à l’acheteur potentiel d’admirer la belle sous tous les angles. Rien de tel pour lui mettre l’eau à la bouche.


Conseil N°5 : Munissez-vous des documents nécessaires pour la vente


Afin de vous faciliter la tâche, voici la liste des documents que vous devrez avoir en votre possession lors de la vente :

  • -    Certificat de cession de véhicule (aussi appelé certificat de vente) en 3 exemplaires : un pour vous, un pour l’acheteur et un pour la préfecture.
  • -    Certificat de situation administrative (aussi appelé certificat de non-gage)
  • -    Pour l’acheteur : une demande d’immatriculation de véhicule, une pièce d’identité et une facture de gaz/électricité ou attestation d’assurance.
  • Les documents ci-dessus sont obligatoires. Il existe également des documents facultatifs qui constitueront un plus si vous les remettez à l’acheteur. Il s’agit de :
  • -    Le carnet et les factures d’entretien : ils ont pour fonction de rassurer l’acheteur en lui montrant que votre moto a bien été entretenue. Cela démontrera votre sérieux et mettra l’acheteur en confiance.
  • -   Le guide d’utilisation officiel fourni au moment de l’achat : même s’il est de plus en plus rarement utilisé, il possède toujours une valeur symbolique auprès des acheteurs, qui le considèrent souvent comme un « bonus ».

Une dernière chose : n’oubliez pas de remettre à l’acheteur le double des clés ainsi que si vous en avez un, les clés du U ou du bloc-disque.


Conseil N°6 : faites le tour des professionnels du coin


Il n’est pas impossible que le concessionnaire chez lequel vous avez acheté votre moto ou scooter accepte de vous le reprendre. Si ce n’est pas lui, ce sera peut-être un autre concessionnaire, un garage ou même un dépôt-vente. Avec cette méthode, vous réduisez les risques au maximum de tomber sur un « testeur du dimanche » et vous gagnez du temps ! Par contre, étant donné que le professionnel voudra faire une marge, le prix d’achat risque d’être moins élevé que par une vente entre particuliers.


Conseil N°7 : Ne soyez pas pressé


L’une des pires choses à faire est de vendre quelque chose dans la précipitation et d’accepter la première offre venue. Ne montrez aucun signe qui laisserait penser à l’acheteur que vous avez des contraintes (de temps ou financières). Essayez de vous y prendre le plus à l’avance possible et vous ne serez pas contraint de céder à la première offre que vous recevez.

Qui sait, vous pourriez passer à coté d’une offre encore meilleure !


Conseil N°8 : Pensez à l’échange


Si vous n’avez pas besoin d’argent frais, pourquoi ne pas proposer l’échange de votre engin contre un autre deux-roues, une voiture ou même complètement autre chose ? Le troc fait de plus en plus d’émules et rend souvent de bons services. Précisez sur votre annonce par quoi vous seriez intéressé en échange et laissez les propositions affluer. Même si vous n’êtes pas emballé au premier abord, l’échange s’avère souvent être une bonne surprise pour les deux partis. Tentez le coup !


Conseil N°9 : Prémunissez-vous contre les arnaques


Nous avons regroupé pour vous les meilleures astuces pour vous protéger des personnes mal intentionnées. Elles ne garantissent pas à 100% votre sécurité, mais elles réduiront malgré tout considérablement les chances que la transaction se transforme en escroquerie :

  • -    Pour le mode de paiement, privilégiez le chèque de banque. C’est le moins risqué, à conditions que vous téléphoniez à la banque de l’acheteur et que vous contrôliez que le chèque n’est pas un faux. Également, refusez les mandats « Western Union » très utilisés par les escrocs.
  • -    N’envoyez à pas de copie de votre carte grise à l’acheteur : il pourrait tout à fait s’en servir à des fins malsaines. Privilégiez la voie orale pour les informations sensibles.
  • -    Lors de l’essai de votre véhicule par l’acheteur, gardez avec vous son permis de conduire et si possible, une de ses pièces d’identité. Rendez-les-lui une fois l’essai terminé. Pour le lieu, privilégiez un endroit fréquenté pour vous mettre au maximum à l’abri de toute agression. L’idéal est même d’être accompagné.

En suivant tous ces conseils, vous serez paré pour une vente réussie !